• btappolet

Les paysages atmosphériques de Haco

Dernière mise à jour : 19 nov. 2019

La «Björk japonaise» imagine les paysages d’une pop visionnaire et en apesanteur.


Haco
Haco. Des atmosphères entre zénitude et inquiétude


Haco
Les univers contemplatifs d'une artiste inclassable

La chanteuse et artiste sonore Haco fut à Tokyo dans les années 80, à l’origine de la formation pop avant-gardiste After Dinner, emblématique du mouvement Rock In Opposition, dont le leitmotiv fut de «faire du rock autrement en s'opposant à l'industrie du disque». Des morceaux empreints de vertigineux éclectisme mêlent langues et styles, du classique au country-pop en maraudant par le free-jazz, la poésie sonore et l’électro.


Sensation d’étrangeté

Au plan musical, elle parvient à dégager une sensation d'étrangeté, un univers minimaliste, épuré, aux espaces changeants et aux formes doucement inconstantes. A des années lumières de certaines facilités et mignardises de la j-pop, l’artiste a la voix gracile tour à tour éthérée et mutine, charnue et nuageuse. Elle compose une savante choralité distillée par nappes superposées.


En concert, elle entame souvent une longue et douce cadence feutrée, mystérieuse, dans laquelle la voix réapparaît pour une série de fux et reflux. Dans ses compositions, elle privilégie la circulation du temps, comme dans une spirale en mouvement constant. De la sensation aussi d’être la même chose que les arbres, l’eau ou le feu. On y retrouve le vieux rêve de l’un des plus grands compositeurs de musique contemporaine, Toshio Hosokawa. Un rêve venu des profondeurs des traditions et de la spiritualité nippones en son versant contemplatif. Celui de créer une nouvelle musique japonaise : plus universelle, profonde, fraîche, sensible. Et accessible au plus grand nombre.


Puzzle sonore

Sa voix multidimensionnelle se mêle à de l'électro flottante et des sons de la nature (le fameux field-recording). Pour atteindre le satori, cet indéfinissable sentiment de l’au-delà au sein d’une pop ambiophonique songeuse et involontairement dissonantes par intermittence. Les mélodies répétitives et hypnotiques peuvent évoquer en s’enroulant sur elle-même à la dimension sacrale d’envoutantes harmonies n’excluant pas des «dissonances» ponctuelles.


Pour son septième album, Qoosui, la compositrice, chanteuse et musicienne explique : «Si la voix chuchotée imprégnait déjà mes précédents albums, c’est ici un tour vocal éthéré à l’extrême dont les pistes dessinent une sorte de puzzle, une mosaïque dialoguant avec les instruments. Comme si le chant se déployait à travers un paysage saturé de brume». Haco ne partage-t-elle pas avec Björk cette capacité à transcender toujours plus les catégories musicales populaire, savante, expérimentale ou folklorique ?



Bertrand Tappolet

http://hacohaco.net/haco/home.html

Photos : Marion Innocenzi


#Haco #ToshioHosokawa #Björk



12 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout